lundi 24 novembre 2008

Film Tabu - 1931 - Photos de tournage

Dans le cadre de sa nouvelle galerie photos, l'ICA vous propose une série exceptionnelle de 44 photos de tournage du film "Tabu" réalisé par Friedrich W. Murnau.

Pour voir la galerie photo consacrée au film Tabu : cliquez ici

Le film

Dans l'île de Bora-Bora, un jeune pêcheur de perles, Matahi, et une merveilleuse jeune fille, Reri, tombent amoureux. Mais au vu de sa grande beauté, Hitu, le sorcier l'a choisie comme prêtresse sacrée. Elle doit donc selon la tradition, rester vierge et il la déclare tabou. Rien n'y fait, les deux amants décident de s'échapper, ils fuient, poursuivis par Hitu…


Distribution
Anne Chevalier : Reri, la jeune fille
Matahi : le pêcheur de perles
Hitu : le vieux chef
Jean : le policier
Jules : le capitaine
Ah Fong : le commerçant chinois

Autour du film
Certaines scènes qui montraient des nageurs nus furent censurées, aux États-Unis et en Finlande.

Le tournage long de dix-huit mois fut mouvementé et demeure entouré de légendes. Murnau et son équipe auraient violé un certain nombre de tabous locaux en installant leur quartier général dans un ancien cimetière, en tournant sur des récifs sacrés...

Hitu, le chamane, aurait maudit Murnau pour tous les sacrilèges qu'il avait commis...

Des incidents, plus ou moins graves, perturbent le travail : noyades, intoxications, explosions mystérieuses

Extrait de Wikipedia

lundi 10 novembre 2008

"Umu ti, renaissance d'une tradition" téléchargement DVD gratuit

Dans le cadre des festivités de Matari'i i nia 2008, ica.pf vous propose de télécharger le film "Umu ti, renaissance d'une tradition".

Réalisé en 1988 par Bruno Tetaria, ce film retrace la reconstitution d’un umuti traditionnel à Maupiti. Toute l’île, des plus jeunes aux plus vieux, va construire un grand four permettant de cuire les racines de ti. Les anciens de l’île initient les plus jeunes à cette tradition. Ils leur apprennent à reconnaître les différentes espèces de ti, à les déterrer, à tresser des palmes, choisir et couper le bois, collecter des combustibles naturels, choisir les pierres volcaniques…

Télécharger le vidéogramme...

Un DVD O Tahiti E à Gagner sur ica.pf


Bienvenue dans le "QUIZZICA".

Chaque semaine, nous vous proposons de tenter votre chance pour gagner un DVD de la collection ICA.

Durant les deux prochaines semaines, vous avez la possibilité de jouer pour participer au tirage au sort qui vous permettra peut-être de gagner le DVD du spectacle "Te Tiaoro" du groupe O Tahiti E.

Rendez-vous sur le site ica.pf pour en savoir plus sur le DVD.

Ce jeu se terminera le 20/11/2008 à 07h00 (heure du serveur).

A VOUS DE JOUER !

mardi 28 octobre 2008

Photographies de tournage de films en Polynésie

photo.ica.pf

Après plusieurs mois de préparation, l'ICA est heureux de mettre en ligne sa galerie de photographies de tournage. Un hommage au 7ème Art et aux nombreuses productions cinématographiques tournées en Polynésie française.

Toujours dans un souci de faire connaître et de valoriser notre patrimoine audiovisuel, l'ICA met en ligne sa galerie de photographies de tournage. Cette galerie présente plus de 200 photographies, affiches et documents de production permettant de découvrir les coulisses, les acteurs et les techniciens qui filmèrent pour le cinéma, Tahiti et ses îles.
Ces photographies proviennent pour la plupart de collections privées. Elles témoignent de la forte activité cinématographique de notre fenua dans les années 50/60 et permettront aux amoureux du 7ème Art de découvrir la Polynésie sous un autre jour.

Une grande partie de ces documents est issue de la Collection Alain Mottet qui fut le régisseur de nombreuses productions provenant de France, d'Australie et d'Italie. Il photographia les coulisses de plusieurs films et collecta photos de stars et de tournage. Alain Mottet nous a permis de reproduire ses photographies afin que les cinéphiles et les passionnés de la Polynésie puissent découvrir tout un pan de notre patrimoine audiovisuel souvent méconnu.
A l'affiche: de nombreuses photographies des films: "Tabu" (1929), "Tahiti et la joie de vivre"(1957), "Houla houla" (1958), "Le passager clandestin" (1958), "L'ambitieuse" (1959), Les révoltés du Bounty (1961), La Belle des îles (1962), Tendre voyou AVEC Jean-paul belmondo (1966), "Bora Bora" (1969) et "Le tour de l'île en chanson" (1978). Afin d'élargir notre thématique sur le plan local, nous vous proposons également d'autres albums consacrés à Radio Tahiti, les Actualités tahitiennes de la SATEC et l'escale de Brigitte Bardot à Tahiti.

Voir la galerie

mercredi 17 septembre 2008

Le nouveau coffret DVD "anthologie du Heiva 1990 - 1993" à gagner sur ica.pf


Bienvenue dans le "QUIZZICA".
Nous vous proposons de tenter votre chance pour gagner le nouveau coffret DVD de la collection ICA.
Durant deux semaines, vous avez la possibilité de jouer pour participer au tirage au sort qui vous permettra peut-être de gagner le coffret de 5 DVD "Anthologie du Heiva 1990 - 1993".
Pour Jouer
Rendez-vous sur le site ica.pf pour en savoir plus sur ce superbe coffret.
Ce jeu se terminera le 02/10/2008 à 00h00 (heure du serveur).

vendredi 1 août 2008

le magazine culturel Hiro'a 12 en avant première sur ica.pf (tahiti,polynésie)

Premier journal culturel de Polynésie française, Hiro'a est votre lien avec les établissements et services publics du secteur "culture". Leurs actions et leur actualités vous sont proposés dans le douzième numéro à télécharger.



Télécharger le magazine Hiro'a 12 - Août 2008 (Fichier pdf)



Ce numéro vous parle bien sûr de rentrée, avec au programme les cours et ateliers de la Maison de la Culture et du Conservatoire, pour enfants et adultes, mais aussi la rentrée des expos, à travers la magnifique collection marquisienne du Musée qui s’exporte en France, ainsi que quelques rubriques sur un Heiva encore présent sdans tous les esprits… De beaux articles, à découvrir au fil de nos pages colorées.



Au sommaire de ce numéro d'août 2008 :



  • 10 questions à : Carine Thierry

  • Portrait d’un métier : Collecteur de mémoire

  • La culture bouge : Vive la rentrée

  • Dossier : Le Musée de Tahiti et des Îles exporte sa collection marquisienne…

  • Pour vous servir : Instruments de musique à louer !

  • Culture en péril : Les puta tupuna, les livres des ancêtres

  • L’œuvre du mois : Le costume du Heiva de 1947

  • Retour sur : Une explosion de beauté(s) : le Heiva

  • Actu et Programme culturel

  • Ce qui se prépare : Le sacré aujourd’hui

  • Le saviez-vous ? : D’où vient le nom « Tahiti » ?

  • Parutions

vendredi 25 juillet 2008

Le Heiva sur ica.pf (tahiti,video,polynésie)

Dès aujourd'hui  ica.pf vous propose de découvrir le Heiva à travers la série "Heiva Story". Ces programmes écrits par Heremoana Maamaatuaiahutapu et réalisés par Bruno Tetaria en 1996, nous raconte l'histoire des concours de chants et danses de 1986 à 1995.



Voir les émissions



Jusqu'à l'arrivée des Européens, tout ou presque était prétexte à des Heiva, à des divertissements incluant des danses, de la musique, des chants, des pantomimes voire des jeux et des sports. Domaine réservé des Arioi, les Heiva permettaient à la population de se divertir et d'oublier quelque peu les rigueurs d'une organisation sociale très hiérarchisée.

Puis les Heiva furent frappés d'interdits par les missionnaires vers 1820, car païens et trop éloignés des conceptions chrétiennes de la fête.

En 1881, lorsque la France instaura la célébration de la fête nationale du 14 juillet afin de sceller l'établissement du protectorat, les Polynésiens trouvèrent le moyen de s'exprimer à nouveau. Certes de manière timide au début mais très rapidement, les Polynésiens renouèrent avec cet esprit de la fête et des réjouissances de manière officielle.

Par le biais de la fête nationale, le Tiurai (juillet) devint l'épreuve annuelle du peuple polynésien, cette fête qui allait permettre aux Polynésiens de se retrouver. Un espace intemporel où Tahiti se défoule, Tahiti oublie et lie avec science le passé et le présent.

Devenu le Heiva i Tahiti en 1985, cette fête du folklore est devenu une référence dans l'ensemble polynésien, voire au-delà et a sans cesse évolué.

mercredi 30 avril 2008

Hiro'a n°9, le magazine culturel à télécharger

Le neuvième numéro de Hiro’a, journal gratuit d’informations culturelles, est paru.

Vous pourrez ce mois ci découvrir ce qu’est le langage universel de la danse, mais aussi ce qu’il advient du fortin de la Punaru’u, l’archéologie des Marquises avec Pierre Ottino, ou encore le métier fascinant de professeur de musique.

Télécharger le magazine (fichier pdf)

Au sommaire ce mois ci :

  • 10 questions à : Pierre Ottino
  • Portrait d’un métier : Ouvrir à l’art de la mélodie : professeur de musique
  • Dossier : Le langage universel de la danse
  • Pour vous servir : La boutique du Musée est ouverte ! / La documentation du Musée de Tahiti et des Iles
  • La culture bouge : Tahiti Tamure Marathon : danser pour soigner / Exposition : « Mana », la force des artistes
  • La culture en péril : Le fortin de la Punaru’u
  • L’œuvre du mois : Les vestiges américains à Bora Bora
  • Retour sur : Cultures polynésiennes
  • Actu et Programme
  • Ce qui se prépare : Le Conservatoire en fête
  • Le saviez-vous ? : Te tau matari’i i raro, l’arrivée d’un nouveau cycle
  • Parutions

mercredi 16 avril 2008

Cinematamua 45: Visite à nos cousins dans les mers du Sud à Anaa et Tahiti

Pour cette 45ème édition de Cinematamua, l’ICA et Te Fare Tauhiti Nui en partenariat avec la Banque de Tahiti sont heureux d’ouvrir avec vous les archives de l’ORTF (INA) avec deux nouveaux épisodes de la série produite en 1961 : Visite à nos cousins dans les mers du sud .

Pour en savoir plus

Cinematamua 45
Mardi 15 avril 2008
Grand Théâtre de la Maison de la Culture
Séance à 19h Entrée gratuite sans réservation.
Renseignements : 544.544

jeudi 10 avril 2008

ica.pf lance le premier podcast de Polynésie française (Tahiti,Papeete,Océanie)

Le site de l'ICA vient de lancer le premier podcast (balados) de Polynésie française, ouvrant ainsi une nouvelle page de l'ère numérique en Polynésie française. Chaque semaine, ica.pf proposera un nouveau programme audio issu de ses collections à ses visiteurs. Pour inaugurer cette nouvelle manière de consommer le son et bientôt l'image, l'ICA vous propose de découvrir ou redécouvrir toute une série de témoignages sur l'histoire et la culture polynésienne à travers sa série "Hiro'a, notre mémoire".

Pour s'abonner au Podcast

mardi 8 avril 2008

DVD Téléchargement gratuit : les îles Gambier

Situé à 1800 kilomètres au Sud-est de Tahiti, l’archipel des Gambier est un immense lagon habité d’îles hautes et d’îlots bordés de pandanus et de cocotiers. Tous les reliefs, tous les paysages y sont recensés, des hautes montagnes verdoyantes qui dominent Mangareva aux longues étendues de sable blanc qui caractérisent les îles basses, du lagon turquoise aux passes agitées.
Pour en savoir plus et voir le film en qualité DVD

Colonisé au 13ème siècle par les navigateurs marquisiens, Mangareva est dévoilé aux occidentaux quelques cinq siècles plus tard lors d’un voyage de James Wilson. Terre d'aventure, éloignée des grandes routes maritimes, les Gambier ont su préserver leur cachet originel, la nature y est intacte, les lagons sont d'une grande beauté.
Mangareva est l’île principale de l’archipel, la seule encore largement habitée. Ses deux villages, Rikitea et Taku, abritent environ un millier d’habitants qui vivent de la culture maraîchère et de la pêche.
Depuis quelques années, l’implantation de fermes perlières dans l’archipel, mobilisent des centaines de Mangaréviens autour de la production de perles noires. Bungalows aux couleurs vives, ces petites fermes égayent les nombreuses baies autour des îles.

vendredi 4 avril 2008

C'est pas sorcier - Les requins - diffusion le 9 avril


Le magazine "C'est Pas Sorcier" et l'ICA vous informent que la 1 ère multidiffusion de l'émission
" Les Requins " tournée à Tahiti, aura lieu Mercredi 9 Avril 2008 à 17h00 sur France 3
( rediffusion Dimanche 13 avril 10 H 00 )
Tous les requins ne sont pas des monstres mangeurs d'hommes ! Sur 480 espèces répertoriées à travers le monde, seule une douzaine est potentiellement dangereuse. Mieux ! Les requins méritent d'être protégés car ils sont aujourd'hui victimes d'une pêche excessive qui met leurs populations en danger. Fred et Jamy ont pris la direction de la Polynésie française pour plonger avec ces poissons étonnants qui sont beaucoup plus variés qu'on ne le croit ! Pourquoi le requin est-il considéré comme un poisson alors que le dauphin est rangé parmi les mammifères ? A quoi servent les dents minuscules qui recouvrent leur peau ? Pourquoi les requins ont-ils le nez si fin ? Comment font-ils pour localiser leurs proies avec tant de précision ? Et comment parviennent-ils à croquer de gros thons, alors qu'ils ont la bouche cachée sous le museau ?

L'ICA partenaire du Magazine "C'est pas sorcier"

Horaires de diffusion sur France 3 :
mercredi 9 avril à 16 h 55
dimanche 13 avril à 10h55.

lundi 31 mars 2008

Le magazine Hiro'a 8 : disponible sur ica.pf

Dans ce nouveau numéro du magazine Hiro'a (Tahiti, Polynésie), toute l’équipe vous propose avec bonheur le fruit de leur quotidien habituel ou exceptionnel, et de leur engagement. Pour ce mois d’avril 2008, Hiro’a vous promène au cœur des secrets de la conservation du patrimoine, mais aussi dans les coulisses d’un Heiva qui s’annonce fort prometteur.

Télécharger Hiro'a 8 (avril 2008)

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro'a est le lien tangible entre 5 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Tiré à 10 000 exemplaires en quadrichromie sur papier recyclé, retrouvez le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, cinémas, hôtels, mairies etc.

Pour télécharger le magazine


Au sommaire ce mois ci :
  • La culture en péril : L’ICA ou la mémoire audiovisuelle de la Polynésie
  • La culture bouge : Plus que quelques jours avant le grand concert du Conservatoire !
  • Pour vous servir : La documentation du Service de la Culture et du patrimoine
  • 10 questions à : Aroma Salmon
  • Dossier : Le dialogue des cultures : la culture polynésienne vue par les Calédoniens
  • L’œuvre du mois : Dans la lueur du phare de la Pointe Vénus
  • Portrait d’un métier : Guide culturel : le médiateur du patrimoine
  • Retour sur : Plongez dans la musique et l’archéologie !
  • Actu et Programme culturel
  • Ce qui se prépare : Les festivités du Heiva 2008 : c’est reva !
  • Le saviez-vous ? : Arrête de pleurer, Pénélope !
  • Parutions
  • Fermer cette fenêtre

lundi 17 mars 2008

Le coffret DVD "anthologie du Heiva" à gagner sur ica.pf


Bienvenue dans le "QUIZZICA".

Chaque semaine, nous vous proposons de tenter votre chance pour gagner un DVD de la collection ICA.

Cette semaine, vous avez la possibilité de jouer pour participer au tirage au sort qui vous permettra peut-être de gagner le coffret DVD "Anthologie du Heiva 1986 - 1989".

Rendez-vous sur le site ica.pf pour en savoir plus sur ce superbe coffret.

Pour Jouer ...

lundi 10 mars 2008

Cinematamua 44 - Mr Robinson Crusoe


(Papeete,Tahiti video, Polynésie)

Pour la 44ème édition de Cinematamua, l’ICA & Te Fare Tauhiti Nui, sont heureux de vous présenter le mercredi 12 mars à 18h30 au Grand Théâtre de la Maison de la Culture, un film de l’âge d’or d’Hollywood tourné à Tahiti et dans les îles en 1932 par Eddie Sutherland, «Mister Robinson Crusoe» avec Douglas Fairbanks et Maria Alba.

« Mr Robinson Crusoe » a été tourné en 1932 par Eddie Sutherland sur un scénario de Elton Thomas, pseudonyme de Douglas Fairbanks. Fairbanks tient le rôle principal du film, à ses côtés l’actrice espagnole Maria Alba, de 27 ans sa cadette. Le film a été principalement tourné en Polynésie française, même si plusieurs scènes furent tournées en studio avec des découvertes photographiques. Le générique stipule que les acteurs interprétant les autochtones sont des natifs de Tahiti, Fidji, Samoa et des Marquises. Douglas Fairbanks débute à Broadway en 1902, il est alors âgé de 19 ans. Rapidement il devient l’une des stars du cinéma muet américain et en 1917 il fonde "les Artistes associés" avec Charles Chaplin, D.W. Griffith et Mary Pickford, qui va devenir sa femme. Pour toute une génération (dans les années 20), Douglas Fairbanks est le héro parfait de cinéma, tout à tour Zorro, D’Artagnan, Robin des bois ou encore le voleur de Bagdad. Avec l’avènement du parlant, ce ne furent pas seulement les films muets qui n’avaient plus la cote auprès du public, mais bien toute une conception du cinéma. Fairbanks essaye de se mettre au goût du jour en interprétant « The Taming of the shrew », une adaptation de la pièce de Shakespeare. Hélas, sa voix trop haute ne colle pas à l’image que le public s’était faite de lui. L’échec cuisant de ce film va de paire avec une dégradation de ses relations de couple. Après un deuxième film parlant, Fairbanks quitte Hollywood pour un voyage autour du monde.

Il en ramène un documentaire et l’année suivante, il part pour les mers du sud, où il tourne « Mr Robinson Crusoe ». L’histoire est une adaptation « moderne » du roman de Defoe « Robinson Crusoe » : Un riche Américain (Douglas Fairbanks) en croisière sur un yacht dans les mers du sud, parie avec un ami (William Farnum) qu’il pourra survivre sans difficulté sur une île déserte.

Pour en sevoir plus ...


Grand Théâtre de la Maison de la Culture Séance à 18h30

Entrée gratuite sans réservation.

Renseignements : 544.544

lundi 3 mars 2008

Le Film "la terre des hommes" à télécharger en format DVD

L'archipel le plus septentrional de toute la Polynésie a su garder intactes ses traditions. Les Marquisiens, habiles artistes, sont restés maîtres dans la conservation du uru, la fabrication du tapa, la sculpture sur bois ou sur noix de coco. Outre cet artisanat, la culture du coprah demeure très développée et constitue l'une des principales ressources de l'archipel.

Aussi dénommées Terres des Hommes, “Enua Enata” en langue marquisienne, il est constitué d’un groupe d’îles, dressées, telles des forteresses vert sombre, en plein grand bleu indigo du Pacifique, à deux pas de l’équateur et à quelque 1 500 kilomètres de Tahiti.
Sur les douze îles des Marquises, seules six sont habitées.
Les plus connues sont Nuku Hiva, Hiva Oa et Ua Pou.
Univers privilégié de la navigation, les Marquises n’offrent que peu de plages, alors si précieuses !
Cochons, chèvres, moutons et chevaux galopent en liberté dans ces paysages splendides.

Le film "Terre des Hommes" réalisé en 1992 par Axel T. Lichtlé vous invite à visiter l'archipel des Marquises.

Télécharger le film en Haute Qualité DVD mpeg 2 (1.5 Go) ...

Texte : Gie Tahiti Tourisme

lundi 18 février 2008

Francis Sanford raconte les américains à Bora Bora (Tahiti, Polynésie)

En 1992, Francis Sanford est interviewé par le réalisateur Stan Wiesniewski. Celui-ci nous raconte, non sans humour, ses souvenirs d’une occupation américaine de Bora Bora durant la seconde guerre mondiale.

Les archives qui illustrent ses propos proviennent du Pentagone et ont été tournées en 1942 par les cameramen de l’US Navy pour la série de films de propagande « Your navy at war, builders for battle ».

Pour voir le document

Ce document est extrait de la série Hiro'a - notre mémoire

Dans un soucis de proposer des images d’archives à l’ensemble de la Polynésie, l’Institut de la Communication Audiovisuelle (ICA), sous l’égide du Ministère de la Culture et du Patrimoine, et TNTV ont lancé la production d’une série d’émissions culturelles intitulées « Hiro’a ».

Dans le cadre de ses missions de conservation et de valorisation du patrimoine audiovisuel de la Polynésie, l’Institut de la Communication Audiovisuelle (ICA) à développer avec TNTV des productions audiovisuelles. Tout a commencé avec « Mémoires de Polynésie » (80 épisodes). Mais pour l’ICA, il ne fallait pas s’arrêter en si bon chemin, d’autant plus que si les critiques étaient élogieuses, les téléspectateurs en demandaient plus et désiraient connaître d’avantage l’histoire et l’origine de ces images.
Eric Bourgeois, directeur de L’ICA, définit ainsi les objectifs du programme : « L’ICA chercha un concept télévisuel qui lui permettrait de valoriser ses fonds audiovisuels tout en les enrichissant de témoignages et de documentations iconographiques. Notre volonté, avec TNTV, est de partager avec le plus grand nombre de Polynésiens et en particuliers ceux des îles, les images de notre histoire. »

samedi 2 février 2008

Rencontres du FIFO 2008

Tout au long du Festival International du Film documentaire Océanien, ica.pf vous emmène à la rencontre des réalisateurs, producteurs, membres du jury de cette 5ème édition.

Pour télécharger les vidéos, cliquer sur le titre...



Pierre Ollivier, délégué général du FIFO 2008
FIFO 2008

Wallès Kotra, président de l'AFIFO
FIFO, une vitrine pour l'Océanie

Heremoana Maamaatuaiahutapu, vice-président de l'AFIFO
FIFO, 5 ans déjà

Franck Philippon, scénariste
Scénario et documentaire


Hervé Boitelle, co-producteur de "Chasse sous-marine en Polynésie française"
La co-production Polynésie - France

Jeff Banhamza, président de l'ATPA (2004-2006)
Le FIFO et les professionnels de l'audiovisuel en Polynésie

Manon Barbeau, Vice Présidente de Wapikoni Mobile
Wapikoni Mobile, une expérience réussie au Canada

Guy Muller, Directeur du développement de Canal France International
La formation des Océaniens à l'audiovisuel



Leanne Pooley, réalisatrice de "Try revolution"
"Try revolution" (english)

Richard Martin-Jordan, réalisateur de "Dieu est américain"
A propos de "Dieu est américain"
En savoir plus sur le réalisateur...
Extrait du film... à venir

Benjamin Picard, réalisateur de "Va'a Taho'e"
A propos de "Va'a Taho'e"


FIFO 2008 - Table ronde sur les droits d'auteurs (Papeete,Polynésie,Tahiti)

Jeudi 30 janvier, à Papeete (Tahiti, Polynésie) dans le cadre des tables ronde du Festival international du film doucmentaire océanien - FIFO 2008, les organisateurs ont voulu consacrer ce deuxième débat au respect des « droits d’auteurs ».
Un débat animé par Heremoana MAAMAATUARAHUTAPU, Frédéric PLAN , juriste spécialisé, entre autre, dans la règlementation des nouveaux médias et la lutte anti piratage et Maître Sandra Laudon, avocate spécialisée dans le droit de la propriété intellectuelle.

Une table ronde dynamisée par de nombreuses interventions du public, notamment des artistes locaux soucieux de l’avenir de leurs droits, des représentants de chaînes du service public ou encore de Luc FAATAU, président de la SPACEM.

Le sujet s’articule autours de la définition des droits d’auteurs, de leur pratique sur le plan local mais aussi international avec, par exemple, la notion de « gestion des droits collectifs », ou encore l’application et la mise en difficulté de ces droits d’auteurs compte tenu des nouveaux modes de consommation des œuvres.


Définition et particularité des droits d’auteurs

- « Les droits moraux », sont relatif à toutes citations d’une œuvre, qui imposent la citation de son auteur mais protègent également l’œuvre de toutes atteintes à son intégrité.
- « Les droits patrimoniaux », donnent à l’auteur un droit exclusif d’exploitation sur son œuvre et lui permettent d’en négocier la publication moyennant une rémunération. Ce rapport entre l’auteur et le producteur est soumis à un lourd formalisme, en effet les conditions de l’utilisation de l’œuvre font l’objet de négociations précises. Leur non respect par le producteur constitue un « délit de contrefaçon » puni pénalement.
- « Les droits voisins », définissent la protection des producteurs et artistes interprètes. Comme les droits d’auteurs, ils sont eux aussi soumis à des négociations formelles, leur répression suppose l’octroi de dommages et intérêts conséquents.

Un outil juridique au service des droits d’auteurs : « la gestion des droits collectifs »

Il s’agit d’un contrat conclu entre un auteur, une société et un diffuseur. Cette société signe des mandats de gestion avec des auteurs sur leurs œuvres afin de pouvoir les représenter. En vue d’exploiter librement ces œuvres, le diffuseur conclu un accord avec la société représentante. Appliquée à la télédiffusion par exemple, la gestion des droits collectifs permet de simplifier et de sécuriser les œuvres dans le cadre d’une utilisation multiple. Le diffuseur conscient de l’immense confort que cette pratique lui confère n’émet qu’une critique, son coût.

Les droits d’auteur face aux nouveaux modes de consommation

Les auteurs doivent aujourd’hui faire face à une nouvelle exploitation « sauvage » de leurs œuvres par le biais d’internet. Ce « piratage » qui affecte le monde de l’audiovisuel ne connait aucune définition juridique précise. De ce fait les protagonistes n’ont aucune maîtrise sur les téléchargements abusif ou autres échanges de fichiers numériques sauvage. Même si l’industrie musicale avait mesuré le risque il y a dix ans, elle n’avait prévu aucun garde fou et aujourd’hui les sanctions prévues sont disproportionnées. En effet, un simple « internaute » peut être condamné à 300 000 euros d’amende et 3 ans d’emprisonnement.

Quelles réponses juridiques actuelles et solutions proposées par les intervenants ?

La jurisprudence tend vers une responsabilisation des fournisseurs d’accès. Ce dernier doit désormais avertir son utilisateur dès le premier téléchargement abusif constaté. Dans le cas contraire c’est le diffuseur jugé responsable qui sera sanctionné. A l’image du fournisseur d’accès « Google » qui vient d’être condamné par le TGI de Paris pour les mêmes faits.

Propositions des intervenants quant à l’avenir des droits d’auteurs

Seul reste à élucider la question inhérente à la rémunération des auteurs dans le cadre de ces nouveaux moyens de consommation. Quand certains artistes locaux proposent une nouvelle forme de rémunération de la musique par le biais d’un pourcentage sur le téléchargement, d’autres évoquent la difficulté d’une telle réalisation.
Finalement tous s’accordent à dire que les droits d’auteurs restent la valeur sûre pour protéger la paternité de l’œuvre.

mardi 29 janvier 2008

Ouverture du FIFO 2008 - Village du Pacifique (Papeete,Tahiti,Polynésie)

C'est aux sons des tambours marquisiens que les membres du jury, les officiels, les partenaires et les journalistes ont été invités à prendre place pour partager la cérémonie d'ouverture du FIFO 2008.

Aprés le chant d'acceuil interprété par la chorale de la maison de la culture, les différentes personnalités présentes ont, par leurs discours, procédé à l'ouverture de la cinquième édition du festival international du film documentaire océanien.

Le chant du fifo (fichier mp3)

Nous vous proposons le discours de Wallés Kotra, président du FIFO.

"Je vous souhaite la bienvenue en Océanie. Pendant une semaine la Maison de la Culture devient la Maison du Pacifique.
Vous n’êtes plus en Polynésie, vous n’êtes plus en Mélanésie, Vous n’êtes plus en Micronésie. Ici Pendant une semaine, vous entrez en Océanie.
Bienvenue au Jury présidé par Laure Adler et bienvenue aussi à l’ensemble des professionnels qui ont fait le déplacement jusqu’à nous.

Le FIFO, c’est en effet ce faisceau de lumière qui éclaire notre région et ce faisceau est porté par les réalisateurs du monde. Notre ambition c’est que cette lumière, au départ faible, soit de plus en plus forte et éclaire de plus en plus nos villes, nos îles et surtout le destin des femmes et des hommes de cette immense Océanie.

Alors que s’ouvre le 5ème FIFO je voudrais simplement revenir sur 2 faits qui nous semblent très importants :
- d’abord la création en Polynésie cette année d’un Fonds d’Aide à la Production Audiovisuelle Cinématographique doté de 100.000.000 de Francs CFP. Cette décision est stratégique pour le secteur audiovisuel en Polynésie mais aussi essentielle pour notre région.
Je tiens à remercier l’ensemble des forces politiques de Polynésie qui ont su dégagées un consensus à la hauteur des enjeux et ce consensus nous donne à nous les professionnels une responsabilité particulière.

- le 2ème fait concerne la couverture des Jeux du Pacifique qui s’est déroulé en août dernier à Apia aux Samoa. Ces jeux qui sont, tous les 4 ans, un rendez vous important de la jeunesse du Pacifique existe depuis 1963. Pour la 1ère fois cette année, ces jeux du Pacifique ont été captés et diffusés sur l’ensemble des télévisions océaniennes et même ailleurs puisque France O a repris le signal pour la France et l’Europe.

La décision politique de créer un pool de couverture de ces jeux et de distribuer les images à tous a été prise ici par les responsables de télévisions du Pacifique que je salue. Dès cette année, ils réfléchissent déjà sur la couverture des jeux de 2011 en Nouvelle Calédonie et sur le Festival des Arts du Pacifique prévu à Pago Pago cette année.

Fonds d’aide à la Production audiovisuelle, couverture des jeux du Pacifique …
Pour être tout à fait honnête, dans ces 2 initiatives importantes, le FIFO n’y est pour rien.
Ce que nous essayons simplement de faire, c’est de rassembler les acteurs importants qu’ils décident pour nous tous.
Par contre, ce que nous savons faire, avec la complicité de toute l’équipe de la Maison de la Culture et de Heiva Nui, c’est de vous accueillir chaleureusement dans ce village du Pacifique qui ne veut pas disparaître.
Merci à tous
Votre présence ici nous honore et Bon Festival.
"

vendredi 25 janvier 2008

Arrivée de Mme Laure Adler, Présidente du jury du FIFO 2008

Pour cette 5ème édition du Festival International du Film documentaire Océanien, les organisateurs du FIFO ont le plaisir d’accueillir Mme Laure ADLER, écrivain et productrice. Elle présidera le jury du FIFO pour la seconde fois.

A l’occasion de son arrivée ce dimanche 27 janvier (vol AF 674 à 04h55), elle sera attendue par un groupe de danse traditionnelle qui fêtera son arrivée par un accueil polynésien.

Sous l’autorité de Mme Laure Adler, le jury travaillera à l’attribution des prix aux meilleurs documentaires de cette 5ème édition parmi les 17 films en compétition.

mardi 22 janvier 2008

Le film "Horo'a" (Sélection officielle du FIFO 2008) sur ica.pf

Kultur prod et ica.pf vous proposent de découvrir le film "Horo'a" (Sélection officielle FIFO 2008) produit par Karl Réguron et réalisé par Jacques Navarro-Rovira.

De nombreux danseurs, chefs de groupe, musiciens, toutes générations, toutes « écoles », toutes sensibilités confondues, sous la houlette de Coco Hotahota ont décidé de rendre hommage à Pauline Dexter .de réunir leur talent, de partager leur émotion afin que ne s’éteigne jamais la mémoire de celle qui a consacré sa vie à la danse et qui les a guidés avec tant de passion. Horo’a est un film qui ouvre et referme les parenthèses d’un grand moment de générosité.

Pour voir le film

CFI au coeur du FIFO 2008


Canal France International (CFI) s’associe une nouvelle fois à la cinquième édition du FIFO en organisant, du 21 janvier au 1er février, à Tahiti, un atelier de formation à la réalisation de documentaires sportifs.

Cette formation est conçue et montée avec le soutien du Ministère polynésien de la Jeunesse et des sports, du Secrétariat Permanent pour le Pacifique et de RFO.

Cet atelier est ouvert à une dizaine de jeunes réalisateurs de la région (Iles Cook, Iles Fidji, Nouvelle Calédonie, Papouasie - Nouvelle Guinée, Polynésie Française, Samoa, Tonga et Vanuatu). Le réalisateur Philippe Radoux encadrera cette formation concrète pendant laquelle ils tourneront des sujets (3x5’) qui seront projetés lors de la cérémonie de clôture du FIFO.

CFI organisera pendant le FIFO, du 29 janvier au 1er février, le deuxième colloque des télévisions océaniennes. Les cadres des télévisions de la région seront réunis à Tahiti pour imaginer des projets communs et aborder ensemble les défis professionnels et les avancées technologiques.

Pour sa quatrième participation au FIFO, CFI conforte sa présence en Océanie, en accompagnant le développement des médias audiovisuels locaux.

Pour en savoir plus - site de CFI

jeudi 17 janvier 2008

FIFO 2008, le carrefour des images de l'Océanie


Le 5ème Festival International du Film documentaire Océanien, le FIFO, est aujourd’hui un rendez-vous incontournable dans le monde audiovisuel océanien.

Michel Kops, directeur de RFO Polynésie, accompagné du ministre de la Culture, Jacqui Drollet, et de la présidente de l'Université de la Polynésie française, Louise Peltzer, a présenté mardi matin aux médias de Tahiti, le FIFO 2008.

Interview de Pierre Ollivier (Délégué général du FIFO)

Au Sofitel Maeva Beach de Punaauia, entourés des partenaires privés et publics du FIFO, les organisateurs de la manifestation ont présenté les nouveautés et les points forts de cette nouvelle édition.

Le jury
Le jury est présidé pour la deuxième année consécutive par Laure Adler.
Les membres sont:
- Madeleine Carter, du National Geographic International Channel,
- Jean-Jacques Garnier, attaché culturel à l’ambassade de France en Australie,
- Elise Huffer, conseiller aux affaires culturelles de la CPS, la communauté du Pacifique,
- Emelie de Jong, responsable des documentaires sur ARTE,
- David Jowsey, responsable des documentaires à ABC TV, Australie,
- Stéphane Martin, président du musée du Quai Branly,
- Hiriata Millaud, linguiste, ancienne directrice du musée de Tahiti et des îles,
- Louise Peltzer, présidente de l’Université de la Polynésie française,
- Dan Salmon, réalisateur néo-zélandais, grand prix du jury et prix du public du FIFO 2007,
- Marie-Claude Tjibaou, présidente du centre culturel Tjibaou, membre du CES,
- Eric Wittersheim, réalisateur, anthropologue, Prix spécial du jury FIFO 2004.

Les films
Pour cette cinquième édition, le comité organisateur a compté 145 films inscrits confirmant le succès croissant de la manifestation auprès des producteurs. L’origine diverse des documentaires reçus (plus de 15 pays différents), la variété des thèmes choisis par les réalisateurs, la qualité technique grandissante des films, font apparaître une audience de plus en plus forte auprès des professionnels de l’Océanie, mais aussi d’Europe (France, Allemagne, Italie, Tchéquie, Grande Bretagne) et cette année du continent nord-américain (Canada, USA). Les pays anglo-saxons de la région (australiens et néo-zélandais) représentent près de 45% des œuvres inscrites.

Aprés délibération, le comité de présélection a retenu 39 films :
- 17 films en compétition soumis à l’appréciation du jury pour l’attribution du Grand Prix du Jury et de trois Prix spéciaux.
- 22 films hors compétition.

Les points forts du FIFO 2008
Pendant les 6 jours du festival qui se tiendra à la Maison de la Culture, le public et les professionnels pourront participer à un festival au contenu riche et varié :
- 152 projections de documentaires sur quatre sites;
- 5 projections suivies d'une rencontre avec les réalisateurs et producteurs invités par l’AFIFO afin de commenter leur film;
- un atelier d’initiation au montage audiovisuel animé par un formateur Apple;
- un atelier d’initiation à la prise de vues animé par un réalisateur polynésien;
- un atelier d’assistance à l’écriture de scénario dirigé par Franck Philippon;
- un séminaire juridique de deux jours destiné aux professionnels sur les droits audiovisuels animé et dirigé par Frédéric Plan;
- une conférence sur les «10 ans du Centre Culturel Tjibaou" préparée par Marie-Claude Tjibaou ;
- des tables rondes proposées chaque jour sur les thèmes suivants : la télévision éducative (avec la participation de Alain Brunet, inspecteur d’académie, spécialiste de la télévision scolaire et éducative auprès de France 5); les droits liés aux œuvres audiovisuelles et les nouveaux types de diffusion (avec la participation de Frédéric Plan); l'’APAC, bilan et perspectives un an après l’annonce de la mise en place de cette aide à la production.

Evènements autour du festival
L’atelier de formation à la technique audiovisuelle de CFI (Canal France International)

L’objectif d’une telle formation est de stimuler et de promouvoir ensuite la production régionale océanienne. En effet, la quasi totalité des films entrant en compétition au FIFO est issue de productions occidentales ou bien sont l’œuvre de réalisateurs australiens et néo-zélandais. Cette formation est destinée aux jeunes réalisateurs des petits états insulaires de sorte qu'il puisse devenir compétiteurs.
Neuf stagiaires en provenance de Fidji, Tonga, Vanuatu, Cook, Papouasie Nouvelle Guinée, Salomon, Nouvelle Calédonie et Polynésie française seront encadrés par le réalisateur Philippe Radoux.

Le 2ème colloque des responsables des télévisions océaniennes

Une conférence regroupant une quinzaine de responsables des télévisions de la région (PINA, Nouvelle Zélande, Papouasie Nouvelle Guinée, Tonga, Vanuatu, Samoa occidentales, Fidji, Cook, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna et Polynésie française) réunira en un seul lieu une majorité des responsables de chaînes de télévision de la grande région du Pacifique Sud.
L’année dernière, le premier colloque avait finalisé un accord de coopération entre les télévisions "océaniennes" pour la couverture des jeux du Pacifique d’Apia.
Cette année, des réflexions vont être menées sur la création d’une bourse d’échanges de programmes audiovisuels et sur la couverture du prochain festival des Arts de Pago Pago.

Le Fonds FIFO

Depuis la première édition du FIFO en 2004, l’Institut de la Communication Audiovisuelle (ICA) a collecté près de 200 films documentaires sur la région dans ce cadre. Cette collection constitue un catalogue unique de la production audiovisuelle dans l’ensemble de la région.

Les partenaires
RFO, le gouvernement de la Polynésie française, l'Etat, Air France, la SEP, le Gie Tahiti Tourisme, la Mairie de Papeete, la Banque de Tahiti, Electricité de Tahiti, l'Université de Polynésie et CFI.


Google